PARTAGER

Le contenu est aujourd’hui un élément clé, si ce n’est l’élément le plus important d’une bonne stratégie de référencement naturel. En plus d’être de qualité pour l’internaute, il doit être facilement identifiable par les robots indexeurs, de plus en plus exigeants vis-à-vis des cocons sémantiques. Pour rappel,  ceux-ci travaillent par langue. C’est-à-dire que Google peut envoyer sur votre site internet un robot qui ne comprend que l’allemand s’il détecte que vous souhaitez vous adresser et vous positionner sur Google.de.

Afin de faciliter leur travail, voici notre top 5 des optimisations SEO pour les sites multilingues.

1. La structure de votre site

Il est recommandé d’utiliser un nom de domaine par pays. Par exemple, si votre site est disponible pour le public anglais et allemand, il est recommandé d’avoir une version www.exemple.co.uk et une version www.exemple.de. C’est la méthode la plus efficace pour séparer clairement votre contenu anglais de votre contenu allemand. Les défauts de cette méthode sont le coût et la nécessité, selon la technologie derrière le site internet, de travailler sur 2 backoffices indépendants l’un de l’autre.

Viennent ensuite, par ordre de qualité et de résultats, les sous-domaines (uk.exemple.com et de.exemple.com, une technique relativement rare sur internet et pourtant efficace d’un point de vue SEO) puis les dossiers (exemple.com/de/ et exemple.com/uk/). La dernière méthode est simple à mettre en place, représente un faible coût mais ne permet pas de scinder efficacement les contenus. Elle nécessite un paramétrage des outils de suivi Google Analytics, Search Console et rend plus difficile le travail en netlinking (inscription de la page d’accueil sur des annuaires allemands qui n’autorisent que les contenus germanophones par exemple). Des nombreux outils, comme Prestashop, proposent cette solution par défaut pour les sites multilingues.

La pire des solutions est bien entendu de passer par des paramètres pour les différentes versions de votre site. A éviter absolument ! (exemple.com/ ?lang=de).

Il sera également essentiel que chaque version de votre site contienne un sitemap avec uniquement les pages de sa langue et un fichier robots.txt dédié.

Voici un test sur une requête générique (Chaussures pour homme) sur Google.de :

optimiser site multilingue exemple

A noter que le jour de notre test, 80% des sites positionnés dans le top 20 sont des sites en .de. Les 20% restant sont des sites en .com utilisant des sous-dossiers, traduits intégralement en allemand.

analyse serp multilingue

Le premier sous-domaine apparaît à la 25ème place. Seulement 4% des sites en top 50 utilisent le sous-domaine à la place du dossier.

2. Un contenu 100% traduit et adapté dans la langue du public

contenu site multilingue

Aujourd’hui, il ne suffit pas de traduire un contenu, il faut que celui-ci soit totalement adapté aux codes de l’industrie sur le web du pays visé. Sans faute d’orthographe, le contenu doit utiliser un univers sémantique particulier, des expressions locales et un ton adapté aux mœurs du pays. Parfois compliqué à mettre en œuvre, même par un bilingue, le travail avec une agence locale est recommandé. Par exemple, le terme « Smartphone » est moins utilisé en Belgique que « GSM ». Au Québec, c’est plutôt le terme « Téléphone intelligent » qui sera utilisé. Ce genre de différence apparaîtra selon que le site s’adresse à un public américain/anglais, un public espagnol/argentin ou encore un public portugais/brésilien.

Il est bien sûr essentiel que l’ensemble du contenu de votre site soit traduit, jusqu’à vos mentions légales mais également les éléments de votre SEO (Ancres de liens, les balises ALT de vos images etc.). Il est recommandé de passer par un audit marketing complet de votre cible et une analyse de mots clés pour orienter votre stratégie rapidement et efficacement.

C’est ce que propose Open Linking via le groupe Ranking Road, qui propose aujourd’hui des stratégies SEO locales et du contenu optimisé réalisé par des rédacteurs d’agences locales.

 

3. Balises Lang et Hreflang

Les moteurs de recherches prennent en compte 2 balises pour bien définir la langue d’une page et l’univers du site.

La première balise est la balise lang, qui se déclare au début du code de la page. Il sera important ici d’afficher le pays et la langue ciblée.

La deuxième balise est le hreflang. Elle permet de définir toutes les versions disponibles d’une page. Encore une fois, il faudra déclarer le pays et la langue ciblée.

Voici un exemple pour la homepage d’un site ciblant le marché Suisse francophone, Allemand et Français :

  • <link rel= »alternate » hreflang= »fr-ch » href= »https://www.example.ch/ »/>
  • <link rel= »alternate » hreflang= »de-de » href= »https://www.example.de/ »/>
  • <link rel= »alternate » hreflang= »fr-fr » href= »https://www.example.fr/ »/>

4. Search Console

 

Google vous permet de déclarer dans Search Console les différentes versions de votre site, en indiquant à chaque fois le pays visé. N’oubliez pas de déclarer votre/vos sitemaps et de vérifier les statistiques d’exploration des différentes versions du site.

search console multilingue

5. Des liens d’autorité dans le pays ciblé!

 

Le contenu est essentiel. Mais il ne fait pas tout ! N’oubliez pas de donner de l’autorité et de la visibilité à vos versions. Un travail avec des sites, des inscriptions sur des annuaires de qualité et des citations par des influenceurs locaux favoriseront vos performances. Encore une fois, l’expertise d’une agence locale vous permettra de cibler plus facilement les bons sites et les bonnes personnes. Tous les pays ne sont pas égaux face aux techniques de link ninja ou de link baiting (L’Italie permet encore facilement d’obtenir des liens de qualité sans contrepartie alors qu’il est très difficile dans certains industries d’obtenir un lien en Allemagne sans un vrai accord commercial, parfois lourd).

Ce travail, souvent négligé par les sites internet, est payant sur le long terme.

Au cours des 60 derniers jours, 69% des liens externes de Zalando.de étaient des liens .de ou des sites allemands en .com. Ce pourcentage tombe à 57% pour la version UK et à 33% pour la version IT. C’est le reflet logique des écarts de niveau d’optimisations demandées pour apparaitre sur des termes stratégiques dans chacun de ces pays.

Lorsqu’une société souhaite s’adresser à un public non francophone, il est essentiel de comprendre que son site doit être adapté à tous les niveaux (nom de domaine, maillage interne, contenu et netlinking).

Une règle simple : Personne n’ouvrirait une boutique en Allemagne avec un vendeur qui ne parle pas ou très mal allemand, et qui ne parvient pas à créer une relation de confiance avec la population locale. Le SEO multilingue, c’est pareil !

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 10.0/10 (5 votes)
PARTAGER
Chef de Projet Digital Marketing chez Open-linking

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE