PARTAGER
SpeedTest-OpenLinking

On en parle souvent dans le cadre des optimisations onsite sans forcément savoir à quoi cela correspond vraiment, quels sont les enjeux et les possibilités d’optimisation du temps de chargement. Voici quelques détails pour vous aider à appréhender le champs des possibles et à mettre en œuvre les principales recommandations sans trop de difficulté.

Avant toute chose, il est important de bien définir de quoi l’on parle lorsque l’on évoque l’optimisation du temps de chargement d”un site. Certains vous diront que l’ambition est de proposer un site qui s’affiche rapidement, pour une meilleure expérience utilisateur. C’est en partie vrai : le SEO doit avant tout servir à fluidifier l’expérience utilisateur. Et toutes les optimisations que nous mettons en place vont dans ce sens. Mais ce n’est pas le seul enjeu.

D’autre vous diront que le temps de chargement est important car un site trop long à s’afficher sera pénalisé par des robots d’indexation. C’est vrai sans l’être. En fait, un long temps de chargement ne vous pénalisera pas directement mais indirectement : s’il est trop long, les robots mettront plus de temps à charger votre page, donc à l’analyser. Et vous prenez alors le risque que ce robot quitte tout simplement la page sans l’avoir crawlé. Donc que les moteurs de recherche ne soient pas en mesure de considérer votre page comme une réponse crédible à la requête d’un internaute.

Le voilà le vrai enjeu (qui est toujours le même en fin de compte quand on bosse dans le SEO) : plaire à Google, l’aider à mieux comprendre votre site, plus rapidement et sans utiliser trop de ressources. Ceci étant dit, comment pouvez-vous analyser la vitesse d’affichage de votre site ?

Comment analyser la vitesse de chargement de mon site ?

Temps-Chargement-OpenlinkingEn général, nous conseillons l’utilisation de 3 outils gratuits : PageSpeed Insight, GT Metrix ou Pingdom Tools. Le plus répandu est très clairement PageSpeed Insight. C’est un outil gratuit proposé par Google, qui va simuler le chargement de votre page et analyser les différentes ressources utilisées par cette page : image, fichier CSS et JS, poids de ces ressources, délai de réponse serveur, etc. Et ce pour les versions desktop et mobile de votre site. Pour chacune de ces 2 analyses, vous recevrez un score sur 100 (la norme est à 90/100) et un détail des temps de chargement des ressources évoquées ci-dessus.

La seule limite qui existe à l’utilisation de ces outils réside dans l’impossibilité d’accès à des pré-prod bloquées. En général, les agences techniques hébergent ces pré-prod sur des espaces sécurisés qui nécessitent une authentification et les outils étant des API externes, l’accès est bloqué faute d’authentification. Dans ce cas là, vous n’avez plus qu’à déposer un cierge pour Ste Rita et anticiper les optimisations éventuelles.

Quelles réponses à votre problématique de temps de chargement 

Quand vous utilisez les outils d’analyse classiques de vos temps de chargement (cf. ci-dessus), la première des réponses apportées par ceux-ci tournera sans doute autour du poids de vos images. Trop lourdes car trop grandes ou avec une résolution trop importante. C’est souvent un travail que l’on délaisse lors de la création/refonte de notre site internet mais héberger tout de suite des photos optimisées pour le web (et pas pour le print) vous fera gagner de précieuses secondes de chargement. Par optimisées, on entend des photos qui répondent à ces attentes :

  • Moins de 1 Mo
  • jpg, png en priorité
  • 1000 pixels maximum (bien que cette optimisation ne soit pas la plus importante)

Pour respecter ces best practices, faites un petit tour sur un logiciel de retouche photos (ex photoshop) et hébergez uniquement les fichiers optimisés. Des outils en ligne comme par exemple TinyPNG sont aussi disponibles gratuitement pour vous aider à compresser au maximum vos images.

Outils-temps-chargement-OpenLinkingUne fois la question des images traitée, vous allez sans doute devoir vous pencher sur la minification des ressources JS et/ou CSS. Là encore, le but est de simplifier vos fichiers en limitant leur nombre et surtout en optimisant les différentes ressources : supprimer les espaces vides dans les fichiers, vous assurer que toutes les lignes sont bien nécessaires… Ca peut paraître compliqué pour un profane qui n’est pas développeur mais ne vous inquiétez surtout pas : il existe une multitude de plugin qui pourront faire cette optimisation à votre place. J’ai personnellement un petit faible pour WP Rocket qui en plus d’être une référence sur le marché et aussi très simple d’utilisation.

Si vous optez pour un tel plugin, cela vous permettra également de traiter un autre point d’optimisation du temps de chargement : la mise en cache des ressources statiques. Ça peut paraître obscur comme concept mais c’est enfantin : au lieu de recharger à chaque fois les ressources de votre site internet, vous les mettez en cache/en mémoire sur le browser de votre utilisateur. Vous lui évitez ainsi d’avoir à systématiquement faire des requêtes serveur pour charger ces ressources. C’est notamment vrai pour les images ou fichiers CSS/JS. Pour avoir une bonne configuration de votre cache, proposer des temps de mise en cache assez long pour les ressources qui ne sont pas souvent amenées à changer (bannières, CSS, photos de produits…). 6 mois pour une bannière de homepage est par exemple une bonne idée de durée de mise en cache. Encore une fois, cette durée n’est pas à prendre au pied de la lettre et doit parfaitement s’adapter à votre dynamisme commercial.

Pour aller plus loin dans les optimisations

Analyse-temps-chargement-openlinkingSi une fois tous les points précédents traités vous ne constatez pas de réelles améliorations, il faudra sans doute vous lancer dans une analyse plus poussée et creuser par exemples les points suivants : mise en place d’un lazy load, activation de la mise en cache côté serveur, analyse plus poussée des requêtes serveur et suppression des ressources inutiles…

Quelques petites astuces pour vous aider :

  • Faites un test avec un outil pour vérifier que la compression Gzip est bien activée pour votre site internet. Si ce n’est pas le cas, demandez à votre hébergeur d’activer le mod_deflat depuis votre fichier .htaccess ! Attention à la déclaration selon que votre serveur est un Apache ou Nginx
  • Grâce aux outils d’inspection proposés par Google, simulez le chargement de votre page (clic droit > inspecter) et identifiez les fichiers qui mettent le plus de temps à charger (onglet Network)
  • Toujours dans cet outil d’inspection, analysez l’utilité de toutes vos ressources JS/CSS et supprimez celles qui ne sont pas utiles pour la page concernée. Votre thème chargera sans doute tous les fichiers sur toutes les pages, sans se demander s’ils sont utiles. Posez-vous la question et supprimez les fichiers inutiles
  • Vérifiez la répartition de crawl des bots mobiles / desktop et optimisez en priorité la version de votre site qui sert de base de crawl aux bots ! Si vous n’êtes pas Index Mobile First, la version mobile n’est pas aussi stratégique que la version desktop.
  • Faites-vous accompagner par une agence technique pour ce travail car il serait très surprenant que vous n’ayez pas à intervenir sur votre environnement back-end

Et si malgré toutes ces astuces vous êtes toujours dans l’impasse, il ne vous reste plus qu’une solution : faire appel aux services de la meilleure agence SEO pour vous sortir de la panade.

VN:F [1.9.22_1171]
Avis: 0.0/10 (0 votes)

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE